Scénographie d'un festin lumineux

Scénographie d’un festin lumineux

Auteur(s)

Laura Simonet

Intentions / Contexte

Il s’agit de réfléchir à des mécanismes et des intéractions qui valorisent l’essence même du repas et intérrogent la dimension collective de celui-ci, c’est l’idée d’un repas chorale, d’un temps harmonieux.

 

Film «Le festin de Babette» Gabriel Axel

Dîner Kinfolk

Principe de Fonctionnement

Chaise intérrupteur : Capteur (pression sur l’assise), relié aux lampes posées sur la table. Lorsque quelqu’un s’assoit une lampe précise s’allume.

Lampe intélligente : Les lampes une fois allumées envoient une information (sur le principe du Li-Fi) au niveau du plafond où se trouvent les enceintes, qui diffusent alors de la musique. Le volume sonore dépend du nombre de lampes allumées.

Assiette lumineuse : Capteur (chaleur), thermostat

chaud : lumière allumée

froid : lumière éteinte

Variation progressive entre ces deux états.

Inversement, les lampes possèdent elles-memes un récepteur sonore qui influe sur leur luminosité. La lumière varie selon le volume des conversations. Elle est au plus faible lorsque le silence s’installe.

Scénario

La lumière est très faible dans la pièce, elle permet seulement de s’orienter. Les gens arrivent, s’installent, et découvrent la table, s’illuminant progressivement. La musique se meut à l’atmosphère naissante.

Le repas commence.

Arrive le plat chaud, c’est le temps fort de la soirée. Les assiettes rayonnent, les yeux pétillent; les conversations sont vives, les lampes aussi.

Le repas touche plus tard à sa fin, les discussions se posent, un calme s’étend, les lampes faiblissent dans la beauté d’une ambiance intimiste.

Les gens repartent, l’obscurité et le silence reprennent place.

Illustration / Schéma